Réussir l'internationalisation régionale en Afrique

Dernière mise à jour : 24 oct.



Oumar Soumaré

Directeur Général Adjoint du groupe KEITA, Mali

Docteur DBA, Business Science Institute

(Thèse DBA dirigée par Pr. Mayrhofer)


 

Introduction


Comment mener le développement d’une entreprise à l’international dans un environnement en crise ? Comment surmonter les obstacles ? Quels sont les facteurs de réussite ? Nous apportons des éléments de réponse à l’aide d’une recherche menée auprès de sociétés agroindustrielles maliennes ayant pour objectif de se développer dans les pays de l’union régionale douanière UEOMA.



Impacts de la recherche


Le Mali est confronté à une grave crise sécuritaire depuis 2012, source d’une instabilité politique et économique peu propice au développement des entreprises sur le marché local. Afin de s’internationaliser, nous proposons aux managers :


  • La création d’un réseau logistique régional qui assure le transport des produits finis à l’aller et des matières premières au retour (le Mali n’ayant pas d’accès direct à la mer),

  • Le recours aux matières premières locales dans l’élaboration des produits,

  • La mise en place d’un réseau commercial intégré jusqu’aux dépôts sur les marchés local et régional,

  • Le développement d’une gamme de produits accessibles à différents segments de population,

  • Le développement d’une offre adaptée à la commande publique.


Pour mener à bien cette stratégie, et face à un environnement institutionnel défaillant (corruption, certificats frauduleux, contrebande), nous préconisons la mise en réseau des dirigeants des entreprises maliennes pour gagner en influence auprès des différentes parties prenantes.


Sur le plan théorique, notre recherche contribue à enrichir le modèle Uppsala dans un contexte de crise multidimensionnelle. Nos résultats démontrent que la majorité des exportations est issue de l’exportation informelle, et que l’internationalisation relève davantage d’un choix par défaut que d’une réelle intention stratégique. Ces résultats rejoignent les travaux de Bah et al. (2020) qui ont montré que les entreprises sénégalaises sont souvent traditionnelles, historiquement et fortement ancrées sur leur marché local.



Fondements de la recherche


Nous avons mobilisé le modèle Uppsala qui décrit le processus d’internationalisation des firmes en lien avec la gestion des incertitudes et l’évolution de l’environnement des affaires (Vahlne et Johanson 1977). Ce modèle a fait l’objet de versions successives (2009, 2013, 2017, 2020). L’idée force de ce modèle est que les entreprises adoptent une approche processuelle pour internationaliser leurs activités, et que la forme réseau est un moyen de gérer l’incertitude associée à la distance psychique entre le pays d’origine et le pays d’accueil.



Méthodologie


Nous avons réalisé une étude de cas approfondie auprès d’une entreprise agroindustrielle, basée sur 25 entretiens non directifs et sur l’administration d’un questionnaire fermé. Nous avons complété ce dispositif par la collecte de données secondaires relatives à 3 autres entreprises agroindustrielles et à l’environnement économique malien. Le traitement des données a été réalisé à l’aide d’une analyse de contenu via la plateforme Sphinx.


Nos résultats confortent le proverbe malien selon lequel « on ne laisse pas tomber son poisson dans la main pour essayer de prendre celui sous les pieds ». En clair, comme le stipule le modèle Uppsala, la réussite d’une stratégie d’internationalisation repose sur un ancrage local réussi.



L'avis des Professeurs


I was most interested in the extensive empirical work carried out, which underlines the high-context approach to the research (Pr. Mourey, membre du jury).


La professeure Mayrhofer souligne que cette thèse représente un beau voyage marquant une collaboration riche entre l’académique et le monde professionnel dont est issu M. Soumaré (Pr. Mayrhofer, directrice de thèse).



Pour aller plus loin…


  • CROCE, F. (2018). La recherche du management africain au XXIe siècle : sous l’effet de la globalisation, vers un management africain « métis » ? Revue Africaine de Management, Vol.3 (1), pp. 1-12.

  • KAMDEM, E. et MUTABAZI, E. (2017). Le management en Afrique : entre universalité et contingence, Paris, L’Harmattan, 318 p.

  • MINIALAI C., MABROUKI, M-N., MONNOYER, M-C. et BOUTARY M. (2019). Les institutions des pays émergents, soutien ou handicap à l’internationalisation des PME ? Une entreprise marocaine en Afrique, Revue Africaine de Management vol.4 (2), pp. 197-210.


 

A voir aussi...


Présentation de l'article en vidéo, par Oumar Soumaré





101 vues0 commentaire