Le partenariat de soins : enjeux et perspectives pour les systèmes de santé

Dernière mise à jour : 24 oct.



Philippe Anhorn

Docteur DBA, Business Science Institute

philippe@anhorn.ch

Twitter : @philanhorn

(Thèse DBA dirigée par Pr. Zardet)

 

Introduction


Pourquoi et comment déployer le partenariat de soins entre patient-e-s et professionnel-le-s au sein d’un système régional de santé ? Comme dans un écosystème d’affaires, l’ensemble des acteurs doit partager les valeurs, le langage et les pratiques qui visent à atteindre leur objectif commun. Mes recherches me permettent de formuler des recommandations sur la manière de déployer ce partenariat non seulement au niveau des soins, mais également dans l’organisation des services et la gouvernance du système.


Impacts et principaux résultats de la recherche


L’analyse de mes résultats a fait ressortir quatre idées-forces. 1. Le partenariat de soins est en marche. Il ne s’agit pas de savoir s’il est opportun de l’introduire dans nos systèmes de santé (près de 90% des acteurs disent le connaitre et le pratiquer), mais bien d’accompagner son déploiement de manière coordonnée, pour qu’il produise un maximum d’effets positifs, tant sur le fonctionnement du système que pour la santé de la population. 2. Le déploiement du partenariat nécessite un plan d’actions. Si plus de 90% des professionnel-le-s affirment le pratiquer systématiquement ou occasionnellement, moins de 50% des patient-e-s le perçoivent effectivement. Il faut donc partager un langage et une culture, mutualiser les pratiques et les ressources (le temps investi par certains acteurs dans le partenariat profite plus tard à d’autres acteurs au sein du système). 3. L’effet du partenariat sur la coordination du système de santé est certain, mais pas suffisant. Il est perçu comme un facteur de continuité des soins alors que les pratiques inter-organisationnelles se développent, mais des freins structurels contrarient son déploiement : absence de dossier électronique du patient, fragmentation extrême des organisations et des financements, absence de recherche locale probante (evidence based) sur le sujet. 4. Le contexte temporel est favorable. La pandémie de Covid-19 a renforcé l’intérêt du partenariat pour près de 60% des acteurs interrogés. Le cadre national de régulation (loi sur l’assurance-maladie) intègre enfin la qualité et la coordination des soins comme des pistes sérieuses de maîtrise des coûts. Au plan cantonal, le soutien politique aux projets de partenariat est de plus en plus appuyé. Enfin, plusieurs de ces projets arrivent au terme de leur phase pilote pour être pérennisés. J’ai pu décliner ces résultats dans des recommandations générales, basées sur mon cadre théorique, et des recommandations à impact managérial, destinées à l’organisation au sein de laquelle j’ai conduit mes recherches.


Fondements théoriques de la recherche


J’ai voulu d’abord examiner le déploiement du partenariat de soins sous l’angle des théories du changement organisationnel (Van De Ven & Poole, 1995 / Kerber & Buono, 2005). Cependant, elles m’ont semblé difficiles à opérationnaliser dans un domaine où le changement est plus incrémental que radical. Après un détour par la sociologie de la traduction (Callon & Latour, 1986), j’ai voulu conserver une approche « organique » tout en revenant vers un cadre mieux adapté au management, et opté pour celui des écosystèmes d’affaires (Moore 1993, 1996). Il s’applique opportunément à l’évolution d’un système régional de santé, dès lors qu’il porte en lui la notion d’ajustement permanent des acteurs à des fins de coordination et d’innovation (sociétale en ce qui me concerne). Il énumère les défis auxquels est soumis l’écosystème tout au long de son cycle de vie, tant sous l’angle de la coopération que sous celui de la compétition. Sur cette base, j’ai pu formuler des recommandations générales pour le déploiement du partenariat de soins dans les systèmes de santé.


Méthodologie


J’ai adopté une posture épistémologique constructiviste pragmatique et utilisé des méthodes mixtes (Creswell et Plano Clark, 2018). L’axe principal était qualitatif : une recherche-intervention sur l’introduction du projet de soins anticipé au sein de mon organisation (Coghlan & Brydon-Miller, 2014 / Savall and Zardet, 1987, 2015) m’a permis de suivre une dizaine de situations cliniques et d’organiser des entretiens avec les patient-e-s, leurs proches, les professionnel-le-s et les responsables des institutions impliqué-e-s. J’ai pu contextualiser cette recherche grâce à deux enquêtes par questionnaires conduites à une année d’intervalle auprès des acteurs du réseau, jalonnées par des entretiens exploratoires et/ou explicatifs. En tout, 619 contributions individuelles ont été recueillies, provenant de 504 professionnel-le-s et de 115 de patient-e-s. Les données quantitatives ont été administrées et analysées statistiquement avec le logiciel Sphinx Déclic, tandis que les données qualitatives (enregistrements et transcriptions d’entretiens sur RedCap) ont fait l’objet d’analyses lexicales en regroupant les verbatims, soit par idées-forces, soit par métadonnées (tags).


L’avis des professeurs


J’adresse à nouveau toutes mes félicitations à Philippe Anhorn, pour cette thèse d’une excellente facture, pédagogique, rigoureuse et riche de résultats nombreux et de qualité. Son parcours montre que même dans des conditions difficiles, assumer des responsabilités professionnelles tout en préparant une thèse de DBA c’est possible ! (Pr. Véronique Zardet, directrice de thèse)


La thèse s’appuie sur une véritable rigueur d’observation scientifique dans le cadre d’une problématique complexe impliquant un très grand nombre de variables et des données fluctuantes. De ce point de vue, le début de recherche-intervention permet de construire un corps de connaissance pertinent. (Pr. Marc Bonnet, rapporteur)


Pour aller plus loin


  • « Le partenariat de soins : une évidence écosystémique » (Thèse de doctorat de Philippe Anhorn, 2021)

  • « Quand patients, proches et soignants sont partenaires » (Article de vulgarisation dans la revue en ligne Reiso, signé Anhorn, P., Chinet, M., Nicolas, F., Devaux, L., Reber, R., 2020)

  • « Le Montreal model : enjeux du partenariat relationnel entre patients et professionnels de la santé »(Article de Marie-Pascale Pomey et al. dans Santé Publique, 2015)

  • « The death of competition: leadership and strategy in the age of business ecosystems » (Ouvrage de James F. Moore, 1st ed. ed. HarperBusiness, New York, 2006)


 

Présentation de l'article en vidéo, par Philippe Anhorn




119 vues0 commentaire