Anticiper les tensions entre un repreneur et un fonds d'investissement

Dernière mise à jour : 24 oct.



Martine Story

Althéo

Docteure du Business Science Institute

(Thèse de DBA dirigée par Pr. Barredy)


 

Introduction


Une opération de MBI (Management Buy In) est une acquisition d’entreprise par un repreneur extérieur à la cible, dans le cadre d’un montage à effet de levier. On dénombre moins de 300 opérations de MBI accompagnées par des fonds d’investissement chaque année en France.

  • Quels sont les enjeux du repreneur et du fonds d’investissement lors d’une opération de MBI ?

  • Quelles sont les tensions potentielles entre le repreneur et le fonds d’investissement lors de la constitution puis lors du fonctionnement de la dyade entrepreneur-investisseur, dans le cadre d’une opération de MBI ?

  • Comment anticiper l’émergence de ces tensions ?


Impacts de la recherche


Nous avons conçu plusieurs outils à l’usage des parties prenantes, à savoir, les repreneurs, personnes physiques désireuses d’initier un projet de reprise d’entreprise avec un fonds d’investissement, et les fonds d’investissement qui réalisent des opérations de MBI, ainsi que leurs conseils respectifs :

  • Une taxinomie des fonds de LBO (Leverage Buy Out) donnant aux repreneurs une vision synthétique de la typologie des acteurs du marché, leur permettant ainsi de choisir le partenaire financier le mieux adapté à leur projet.

  • Une cartographie des tensions potentielles entre le repreneur et le fonds d’investissement, en fonction de leur temporalité et de leur intensité.

  • Un outil de prédictibilité des tensions explicites entre le repreneur et le fonds d’investissement. Cette prédictibilité se décline en 6 plans séquences.

  • Un outil dynamique et préventif de mesure des tensions potentielles et du niveau de confiance au sein de la dyade repreneur-fonds d’investissement.

A titre d’exemple, grâce à ce dernier outil, un fonds d’investissement peut anticiper la survenue de conflits et la dégradation du niveau de confiance pendant la durée de l’opération. Il est alors en mesure de mener des actions correctives pour remédier à ces tensions et éviter que la confiance ne se détériore de façon irréversible.

Sur le plan théorique, nous avons interrogé le rôle de la confiance dans la gestion des tensions entre le repreneur et le fonds d’investissement à l’aune de la théorie des tensions paradoxales (Smith et Lewis, 2011). Nous avons mis en exergue l’importance des biais cognitifs au regard des tensions repreneur-fonds d’investissement et revisité la théorie de l’agence dans la perspective des tensions potentielles entre les membres de la dyade.


Fondements de la recherche


Notre recension de la littérature a été réalisée sous l’angle des enjeux propres à chacun des acteurs, le repreneur et le fonds d’investissement.

Le modèle des tensions paradoxales élaboré par Smith et Lewis (2011) faisant émerger une logique dialogique de pôles opposés (Thélissson, Meier, Missonier et Guieu, 2018), une bipolarité des tensions (Brulhart, Grimand, Krohmer, Oiry et Ragaigne, 2018) se révèle être la théorie prévalente de nos travaux de recherche.


Méthodologie


Nous avons fait le choix d’une démarche abductive, celle d’un aller-retour entre la théorie et le terrain. Notre design est qualitatif et la méthodologie retenue est celle des études de cas de dyades repreneur-fonds d’investissement.

Pour cela, nous avons réalisé 15 entretiens approfondis auprès de repreneurs et de fonds d’investissement sous LBO, 5 entretiens experts auprès de fonds d’investissement ayant réalisé une opération de MBI qui s’est révélée contre-productive en termes de création de valeur ou qui s’est soldée par un échec et 2 entretiens experts auprès de professionnels en lien avec le processus de MBI, en l’occurrence un avocat d’affaires et un spécialiste du recrutement et de l’évaluation. Ces entretiens ont été précédés de 50 entretiens exploratoires auprès de repreneurs individuels au début de leur parcours repreneurial. L’analyse qualitative des entretiens a été confiée aux équipes du laboratoire le SPHINX et réalisée par le logiciel SPHINX IQ2. Elle a donné lieu à un aperçu lexical et sémantique, ainsi qu’à une analyse de contenu manuelle.


L’avis des professeurs


Sur le fonds, Madame Story-Lamarque a su conduire une démarche de recherche clairement justifiée, avec un ancrage fort dans le terrain. Le travail contribue à la littérature sur le repreneuriat en proposant une lecture d’un cas particulier de reprise par une personne physique, la reprise accompagnée financièrement par un fonds d’investissement (Pr. Deschamps, rapporteur).


L’outil proposé est intéressant et le Professeur Barrédy espère que cette expérience de travail de recherche effectué par Mme Story-Lamarque lui permettra de se rappeler dans sa pratique de l’intérêt du doute, de la théorie et des travaux académiques (Pr. Barredy, directrice de thèse).


Pour aller plus loin



 

Présentation de l'article en vidéo, par Martine Story-Lamarque




70 vues0 commentaire